Organisez votre voyage

Ruta del Románico en Navarra

Artistique, Historique, Thématique
Santa María de Eunate L'architecture romane est un style artistique qui s'est développé en Europe au cours des XIe, XIIe et début du XIIIe siècles. En Navarre, il a laissé quelques remarquables monuments.

L'importance de l'ancien Royaume de Navarre et le passage dans cette région du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, artère spirituelle, culturelle et artistique du Moyen Âge, expliquent la constitution dans la région d'un immense patrimoine roman : églises, monastères, cathédrales, bâtiments civils abondent, pour le plus grand bonheur des amateurs de ce style architectural.

Ces constructions se caractérisent par la robustesse de leurs murs et de leurs contreforts, ainsi que par la faible lumière qui se glisse par leurs ouvertures et invite au recueillement. D'autres traits caractéristiques sont l'arc en plein cintre et la voûte en berceau, ainsi que la sobriété de la décoration des chapiteaux et des portails qui, parfois, constituent d'ingénieux et amusants retables de pierre.

?La Route de l'Art roman en Navarre a été organisée autour de 54 monuments, classés Biens d'Intérêt Culturel (BIC), que nous vous présentons du Nord au Sud :

PYRÉNÉES.
  1. Sanctuaire San Miguel in Excelsis (Uharte Arakil) : en pleine montagne d'Aralar, le site offre une vue panoramique à couper le souffle. Le retable roman de l'église constitue un chef-d'œuvre du travail des émaux en Europe. San Miguel est un haut-lieu de la spiritualité en Navarre.
  2. Monastère Santa María de Zamarce (Uharte Arakil) : au pied de San Miguel, il a été construit sur l'antique voie romaine Bordeaux-Astorga. Seule nous est parvenue son église, remarquable par ses chapiteaux intérieurs et son portail monumental roman.
  3. Silo de Charlemagne (Orreaga/Roncevaux) : également appelé chapelle Santo Spiritus, il s'agit du plus ancien bâtiment de la collégiale de Roncevaux. Il se dresse sur une crypte à voûte en berceau où, selon la légende, Roland vaincu ficha son épée.
  4. Notre-Dame de Muskilda (Ochagavia) : dans un superbe paysage à plus de 1000 mètres d'altitude et à 4 km seulement du pittoresque village d'Ochagavia, cette chapelle discrète et élégante reprend les traits caractéristiques de l'architecture pyrénéenne.
  5. Chapelle Santa María (Arce) : sur les rives du lac de barrage d'Itoiz, ce bâtiment isolé dans les prés reprend les traits esthétiques de toute une série d'églises romanes de la Navarre rurale comme Echano, Artaiz ou Gazólaz,
  6. Église Saint-Martin (Artaiz) : la vallée d'Unciti est fière de posséder l'un des plus beaux exemplaires de l'architecture romane rurale en Navarre. Son charme réside dans sa décoration sculptée, riche et élégante, dans laquelle est perceptible la main de plusieurs artisans.
  7. Basilique Santa Fe (Urraul Alto) : l'une des meilleures illustrations de l'architecture romane tardive en Navarre. Elle fait partie d'un ensemble architectural solitaire et surprenant composé par la basilique, le cloître, un silo traditionnel à blé et un confortable hôtel rural.
  8. Chapelle Santa María del Campo (Navascues) : cette chapelle où est visible l'influence de Jaca, constitue un bel exemple d'art roman rural. Son audacieuse tour-clocher au milieu de la nef et sa collection de modillons sculptés de motifs profanes, qui rappellent ceux du monastère de Leyre, sont particulièrement remarquables.
  9. Église San Martín de Guerguitiain (village abandonné de Guerguitiain) : comme celle de Vesolla, il s'agit d'une église toute simple d'un village aujourd'hui abandonné, dont le constructeur est identifiable car il a laissé sa signature sur l'un des chapiteaux : « Petrus me fecit ».
  10. Église de Vesolla (village abandonné de Vesolla) : À l'ombre de Peña Izaga, Vesolla et Guerguitiain se regardent et se font la cour. Son remarquable portail, abondamment décoré de rinceaux, de visages et d'oiseaux, a également été sculpté par maître Petrus.
BASSIN DE PAMPELUNE
  1. Monastère de Yarte (Lete de Iza) : un des monastères les plus méconnus de Navarre, qui a appartenu au monastère d'Iratxe jusqu'à la vente des biens du clergé au XIXe siècle. Si les bâtiments primitifs ont disparu, il nous reste la chapelle romane de Santa María de Yarte et plusieurs dépens en ruines.
  2. Église San Esteban (Eusa) : quelque peu dissimulée, cette église est l'un des meilleurs temples à portique de la Navarre. Les trois modillons du portail principal du portique attireront l'attention du visiteur.
  3. Cathédrale Santa Maria (Pampelune) : d'origine romane. Après son effondrement, elle a laissé place à la cathédrale gothique actuelle précédée d'une sobre façade néoclassique. Aujourd'hui, quelques éléments romans sont encore visibles, comme la chapelle Jésus-Christ et la porte du cellier. Plusieurs chapiteaux de belle facture sont exposés au Musée de Navarre.
  4. Église San Nicolas (Pampelune) : située dans le quartier historique, c'est l'une des rares églises de Pampelune à avoir conservé quelque trace romane ; ses murs épais et ses grilles, ainsi que la seule des trois tours de guet qui reste debout, trahissent sa fonction de bastion militaire et de protection pour les habitants du quartier environnant.
  5. Archives Royales et Générales de Navarre (Pampelune) : ancienne résidence de rois, vice-rois et gouverneurs militaires. Après un projet de réhabilitation mené par Rafael Moneo, le bâtiment abrite aujourd'hui les Archives de Navarre. Deux murs et une salle voûtée de style roman tardif servant de salle d'expositions sont les vestiges romans de cet ancien palais.
  6. Pont de la Magdalena (Pampelune) : entrée du Chemin de Compostelle à Pampelune, dont le style est à rapprocher de celui du pont de Puente la Reina. Ses premières arches en plein cintre ont été remplacées au XVe siècle par d'autres en arc brisé. À l'une de ses extrémités, une grande croix de pierre portant l'effigie de saint Jacques reçoit les pèlerins.
  7. Pont San Pedro (Pampelune) : d'origine peut-être romaine, il serait le plus vieux pont de la ville. Transformé à l'époque médiévale, il acquiert alors son aspect actuel. Il comporte trois arches en plein cintre et, à côté, une grande croix de pierre identique à celle du pont tout proche de Santa Engracia.
  8. Église Santa Maria (Gazolaz) : située sur le Chemin de Compostelle, elle se distingue par son atrium à portique de style roman tardif et ses chapiteaux profusément décorés.
  9. Église Saint-Jean de Jérusalem (Cizur Menor) : ancien monastère et hospice de pèlerins de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, plus connu sous le nom d'Ordre de Malte. Construction de style roman tardif. À noter son ensemble fortifié, dominé par un portail dont le tympan est orné d'un chrisme.
CENTRE DE LA NAVARRE
  1. Monastère Santa María de Irantzu (Abárzuza) : belle abbaye cistercienne construite entre le XIIe et le XIVe siècle et aujourd'hui occupée par les Pères Théatins. L'église Santa María, de la fin du XIIe siècle, se distingue par son étonnante luminosité.
  2. Église San Miguel (Estella-Lizarra) : construite à la fin du XIIe siècle sur une colline avec d'abord une claire vocation de forteresse, à la suite de nombreuses réhabilitations et agrandissements, elle déploie aujourd'hui toute une palette de volumes et d'ajouts. Le style roman est visible dans son chevet à trois absides et son superbe portail nord, dont l'extraordinaire ornementation sculptée éclipse presque le reste de l'ouvrage.
  3. Église San Pedro de la Rua (Estella-Lizarra) : perchée au-dessus de la ville, elle renferme un cloître qui est considéré comme étant l'un des plus beaux ensembles sculptés de l'architecture romane en Navarre. À noter aussi un beau portail du XIIIe siècle, un imposant clocher et l'intérieur, les stalles du coro ainsi que diverses sculptures romanes et gothiques.
  4. Palais des rois de Navarre (Estella-Lizarra) : le seul bâtiment civil de style roman en Navarre. Construit dans le dernier tiers du XIIe siècle, il conserve une magnifique et délicate façade à trois corps, encadrée de deux colonnes surmontées de beaux chapiteaux historiés, dont l'un représente la bataille entre Roland et le géant Ferragut. Il abrite actuellement le Musée Gustavo de Maeztu.
  5. Église Santa María Jus del Castillo (Estella - Lizarra) : construction du XIIe siècle liée au passé juif de la ville. Elle présente une nef unique à trois travées séparées par des piliers romans et couverte d'une voûte à croisée d'ogives. Après sa réhabilitation, elle a laissé place à un centre d'interprétation consacré à l'art roman et au Chemin de Compostelle.
  6. Église Santo Sepulcro (Estella-Lizarra) : sa construction a commencé au XIIe siècle. Si sa façade est l'un des meilleurs exemples de la sculpture gothique en Navarre, l'abside de la nef de l'Évangile est de style roman, de la fin du XIIe siècle.
  7. Monastère d'Iratxe (Ayegui) : premier hospice de pèlerins de la Navarre, il fut construit par les Bénédictins dans la seconde moitié du XIe siècle. Au fil de son histoire, il a été successivement Université, hôpital militaire et collège religieux. La grande église abbatiale présente un chevet roman et un corps cistercien. Romans sont également le portail principal et celui de San Pedro.
  8. Église Santo Sepulcro (Torres del Río) : harmonieuse et sobre construction du XIIe siècle à plan octogonal. Cette chapelle funéraire est un haut-lieu du Chemin de Compostelle. A l'intérieur, son imposante coupole à nervures entrecroisées rappelle l'art hispano-musulman. Selon certains historiens, elle serait due aux Templiers.
  9. Église San Andrés de Learza (Etayo) : belle église d'un ton rougeâtre et de style roman tardif qui préside la jolie place du Señorío de Learza depuis une colline. À noter ses arcs légèrement brisés, son élévation de style cistercien et, à l'intérieur, les fonts baptismaux romans.
  10. Tour d'Arellano (Arellano) : ancienne tour de guet datant du XIIe siècle, construite en forme de prisme fermé de plan carré percé de meurtrières. Sa porte d'entrée, à arc en plein cintre et grands voussoirs, se situe au niveau du premier étage.
  11. Église Santa María de Eguiarte (Lacar) : à nef unique et trois travées, ample croisée, chevet droit et piliers carrés aux chapiteaux historiés. À remarquer son magnifique portique avec arcs en plein cintre, poutres en bois et colonnes rectangulaires et, sur le mur de l'Épître, un beau portail roman.
  12. Pontroman (Puente la Reina) : construit au XIe siècle sur l'Arga, il a été l'un des plus importants ponts médiévaux d'Europe. Ses six arches en plein cintre reposent sur des piliers prismatiques ; l'arche Est est aujourd'hui enterrée. À l'origine, il était gardé par trois tours de défense, dont l'une renfermait la statue Renaissance de la Vierge du Puy, héroïne de la légende du Txori (oiseau en basque).
  13. Église du Crucifijo (Puente la Reina) : construction d'origine templière, au début de la Rúa Mayor, à deux nefs, une romane et l'autre gothique. Sa façade romane s'orne d'une riche décoration autour d'un motif central qui est la coquille Saint-Jacques.
  14. Église Santiago el Mayor (Puente la Reina) : reconstruite au XVIe siècle. Les vestiges du premier temple roman sont quelques pans de mur extérieurs et deux beaux portails. L'un d'eux se distingue par son influence mauresque.
  15. Église Santa María de Eunate (Muruzabal) : l'une des plus belles et suggestives églises romanes du Chemin de Compostelle. Solitaire, simple, originale et mystérieuse. Son plan octogonal et le cloître découvert à 33 arcades qui l'entoure la rendent différente de toute autre église romane. Dans la décoration des chapiteaux, très érodés, on distingue encore des animaux, des têtes et des rinceaux.
  16. Le Cerco de Artajona (Artajona) : épousant parfaitement la colline sur laquelle il se dresse, l'ensemble fortifié d'Artajona constitue la fortification urbaine médiévale la plus importante du centre de la Navarre. Cet ensemble du XIe siècle conserve 9 des 14 tours crènelées originelles, reliées par un chemin de ronde.
  17. Église San Pedro ad Víncula d'Echano (Olóriz) : construite à la fin du XIIe siècle, elle comporte une nef à trois travées voûtée en berceau ogival. Son portail est orienté vers le Nord et non pas vers le Sud ou l'Est, comme le voulait la coutume. L'iconographie qu'elle arbore est profane, fait également exceptionnel.
  18. Hórreo d'Iracheta (Iracheta) : construction du XIIe siècle ou du début du XIIIe. Il présente deux corps en pierre de taille sur plan rectangulaire avec, au niveau du corps inférieur, 10 arcs en plein cintre reposant sur de robustes piliers. Son toit à lauzes est à deux pans. Il servait à stocker les grains collectés au titre de la dîme, l'impôt ecclésiastique.
  19. Église Santo Cristo de Cataláin (Garinoain) : érigée au début du XIIIe siècle, elle a servi d'hospice de pèlerins. Une forte influence de Jaca y est perceptible. Son svelte clocher à trois baies est jumeau de celui d'Echano. À signaler à l'extérieur le chevet et l'abside, avec ses trois baies en plein cintre aux chapiteaux décorés. L'intérieur appartient à la construction romane primitive, style également repris dans ses fonts baptismaux.
  20. Église et crypte de San Martin (Orísoain) : construite au milieu du XIIe siècle et redécouverte en 1965, c'est l'une des quatre églises à crypte qui existent en Navarre. De forme semi-circulaire, elle comporte 6 colonnes aux chapiteaux grossièrement décorés et une voûte en cul de four en berceau. Le portail de l'église, magistralement sculpté, présente trois arcs en plein cintre reposant sur des archivoltes décorées de rinceaux et de damiers dans le style de Jaca.
  21. Église de la Asunción (Olleta) : bel exemplaire d'architecture romane rurale de la seconde moitié du XIIe siècle, qui a appartenu à l'Ordre des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Elle comporte une seule nef et trois fenêtres ogivales dans l'abside, un beau chrisme sur le tympan du portail et une coupole terminée par une petite lanterne à arcs surbaissés.
  22. Église Saint-Martin de Tours (San Martín de Unx) : charmant exemplaire d'art roman rural navarrais, qui constitue aussi un excellent belvédère sur le paysage environnant. À signaler les fonts baptismaux, la décoration des chapiteaux et la crypte romane.
  23. Église San Pedro (Olite) : c'est la plus ancienne église de la ville. Datant du XIIe siècle, elle présente trois nefs et un cloître du milieu du XIIIe siècle avec arcs en plein cintre sur chapiteaux doubles. Le portail en plein cintre, élégant et sobre, en ébrasement, est un mélange de style roman et gothique. Il conserve encore quelques traces de la polychromie qui l'ornait autrefois.
  24. Église San Adrián de Vadoluengo (Sangüesa) : petite église de propriété privée représentative du style roman rural. Son ornementation simple repose sur les moulures en damier et la variété des modillons.
  25. Église Santa María la Real (Sangüesa) : son allure élancée correspond à la transition du roman au gothique. Son spectaculaire portail représentant le Jugement final est un authentique retable de pierre considéré comme l'un des chefs-d'œuvre de l'art roman espagnol. Romans sont aussi le chevet et les nefs soutenues par de grands piliers, ainsi que d'autres détails de la construction.
  26. Église-forteresse Santa María de Ujué (Ujué) : cette église fortifiée d'origine romane se dresse avec élégance et aplomb au-dessus du village. Remarquez l'aspect de forteresse que lui donnent ses tours crènelées, son chemin de ronde et ses puissants contreforts. Aujourd'hui, seuls sont visibles de l'époque romane le chevet à trois absides semi-circulaires et la tour du chevet, ainsi que la sculpture de la Vierge à l'Enfant.
  27. Église de Santiago (Sangüesa) : bel exemple de transition entre le roman et le gothique, où l'influence du Chemin de Compostelle est particulièrement évidente dans le décor intérieur à base de bourdons, coquilles Saint-Jacques et gourdes. Le portail principal, en ébrasement et à arcs légèrement brisés, et le décor des chapiteaux du portail Ouest trahissent son origine romane.
  28. Monastère San Salvador de Leyre (Yesa) : construit entre le XIe et le XIVe siècle sur l'église romane primitive, dans les contreforts de la montagne du même nom, il se distingue par les imposants chapiteaux de sa magnifique et originale crypte romane. Un autre des grands trésors du monastère est la porte Speciosa, portail parfait du XIIe siècle. Les absides extérieures du chevet, la tour à l'intérieur de l'église et la grande nef sont quelques-unes des premières constructions médiévales en Espagne.
LA RIBERA
  1. Monastère de La Oliva (Carcastillo) : sa vaste église romane est l'un des exemples plus authentiques de l'art cistercien en Espagne ; à signaler la salle capitulaire, une des plus harmonieuses de l'art roman espagnol, et le cloître gothique. Sur la façade du XIVe siècle, quelques éléments du temple roman précédent ont été réutilisés, comme le chrisme du tympan et les modillons de la corniche supérieure.
  2. Site fortifié de Rada (Murillo el Cuende) : stratégiquement situé au sommet d'une butte, il a joué un rôle défensif important au Moyen Âge. Il conserve les vestiges d'un château du XIIe siècle, un pan de mur également du XIIe de 100 mètres de long, une vieille tour circulaire du premier art roman et l'église Saint-Nicolas, de la fin du XIIe siècle.
  3. Monastère de Fitero : le premier monastère de l'Ordre cistercien construit dans la péninsule ibérique et l'un des rares à être intégrés dans un village. Il étonne par sa spectacularité. Son église abbatiale, au chevet à cinq chapelles avec girole, en fait un exemplaire cistercien unique en Espagne ; il conserve une riche collection de coffrets arabes et médiévaux ainsi qu'un superbe reliquaire gothique en émaux de Limoges.
  4. Église Santa María Magdalena (Tudela) : son principal portail, auquel s'adosse une tour élancée à trois corps, représente le plus pur style roman qui peut être vu à Tudela. Il semble que le bâtiment a été construit sur une ancienne église mozarabe, ce qui expliquerait son chevet légèrement décalé.
  5. Cathédrale Santa Maria (Tudela) : construction du XIIe siècle qui a remplacé la grande mosquée de la ville. Son plan roman comporte trois nefs et trois portes d'accès. Le portail Sud, ou portail de la Vierge, est le plus ancien et de style roman, de même que le portail Nord ou de Santa María. Le troisième, et le plus spectaculaire, est le portail du Jugement dernier au magnifique décor. La cathédrale renferme un cloître roman intéressant de grandes dimensions qui remonte à la fin du XIIe siècle.
  6. Monastère de Tulebras (Tulebras) : le premier monastère féminin fondé par l'Ordre Cistercien en Espagne. L'église, du point de vue architectural, obéit au style roman, principalement au niveau des portails, de la nef et du chevet. En outre, il conserve une intéressante collection d'art sacré dans son musée.
  7. Église San Juan de Jerusalén (Cabanillas) : église simple à nef unique et au beau portail en ébrasement qui a retrouvé sa place originelle après une restauration complète. Il a été le témoin de la mission des moines hospitaliers qui portaient assistance aux pèlerins.





    1. [+ voir fiche complète]

      Remarques

      Descárgate el libro publicado por el Gobierno de Navarra "El arte románico en Navarra".


      Busca los tesoros guardados en la ruta.

      Horaires, dates et prix indicatifs à confirmer avec l'entité responsable.