Organisez votre voyage

Route des Châteaux et des Forteresses de Navarre

Artistique, Historique, Thématique
Torre Jauregia de Donamaria
Il y avait autrefois un vieux Royaume appelé la Navarre où cultivateurs et éleveurs vivaient dans de petits villages. Sa situation frontalière contraignit toutefois les monarques médiévaux successifs à bâtir un grand nombre de places fortes, enceintes fortifiées, tours de guet et châteaux. Du nord au sud et d'est en ouest, la Navarre s'est hérissée de défenses en forme de fossés, mâchicoulis, meurtrières, guérites et pont-levis.

Bien qu'elle ait compté plus d'une centaine de bastions défensifs, la Navarre a progressivement perdu son patrimoine de châteaux et de forteresses au fil des conflits qu'elle a connus. Tout d'abord, contre les Musulmans ; ensuite à l'occasion de la guerre fratricide entre les Beamonteses et les Agramonteses ; et enfin comme conséquence de la conquête et de l'incorporation de la Navarre à la Couronne de Castille au XVIe siècle.

La Route des Châteaux et des Forteresses de Navarre propose 4 itinéraires passant par 19 points stratégiques. Du nord au sud, le visiteur pourra contempler diverses typologies, époques et styles. Un nouvel itinéraire touristique et culturel pour découvrir notre histoire.

Dans les Pyrénées : Itinéraire I


.- Château d' Amaiur/Maya : dernier foyer de résistance face à la Couronne de Castille. On dit que 200 Navarrais y auraient résisté à 10 jours de siège par 30 000 soldats. Les fouilles entreprises ont mis au jour le plan de la forteresse médiévale et du fort Renaissance du XVIe.

.- Maison-tour Jauregia à Donamaria : maison fortifiée gothique du XVe siècle à structure rectangulaire. Elle conserve l'essence des vieilles tours où habitaient les lignages prestigieux dans les vallées humides du nord.

.- Palais Jauregia à Irurita : l'une des nombreuses maisons seigneuriales (palacio de cabo de armería) construites entre le XIVe et le XVe siècle. Son riche patrimoine intérieur permet d'appréhender le mode de vie des habitants du Baztán au cours des siècles.

À proximité de Pampelune : Itinéraire II


.- Château de Tiebas : vestiges de la forteresse que fit bâtir le roi Teobaldo II de Champagne au XIIIe siècle, qui fut résidence royale, lieu de conservation des archives de la chancellerie et prison.

.- Enceinte fortifiée et bastionnée et Citadelle de Pamplona : l'ensemble fortifié de Pamplona (XVIe-XVIIIe s.), monument national, est l'une des enceintes bastionnées les mieux conservées d'Europe. Cinq kilomètres de muraille et la Citadelle (XVIe), qui constitue le meilleur exemple d'architecture militaire Renaissance en Espagne, ont été conservés. Le Fortin San Bartolomé, transformé en Centre d'Interprétation des Fortifications, permet de suivre l'histoire des murailles de la capitale et de leur évolution.

Région de Tafalla : Itinéraire III avec 9 haltes


.- Tour seigneuriale d'Olcoz : ancienne tour fortifiée de 1300, en cours de réhabilitation, qui conserve quelques meurtrières et les modillons de l'ancien mâchicoulis.

.- Château-palais des Rois de Navarre d'Olite : une visite à ne pas manquer. Le palais ancien, aujourd'hui hôtel de luxe, a été classé monument national en 1925. Résidence dès le XIIIe siècle des monarques de la Maison de Champagne, bien que la partie la plus significative de l'ensemble, le Palais Neuf du XVe siècle, corresponde au règne de Carlos III le Noble, qui fit construire une résidence royale fastueuse avec d'élégantes tours et de belles arcatures. Il s'agit du plus important témoignage du gothique navarrais. Ses grands murs en pierre de taille dessinent un profil irrégulier où se dressent des tourelles circulaires qui rappellent les palais de contes de fées.

.- Enceinte fortifiée d'Artajona : la fortification médiévale la plus populaire de cette zone de Navarre. Un cuirassé immobile du XIe siècle qui épouse parfaitement la butte sur laquelle il se dresse. Elle a conservé neuf tours et deux portes.

.- Église-Forteresse d'Ujué : l'église-forteresse, aujourd'hui monument national, existait déjà au Xe siècle. Son trait le plus original est son allure de forteresse militaire avec ses tours crénelées, son chemin de ronde et ses robustes contreforts. Une chronique arabe dit que c'était le meilleur château dont disposait le roi de Pampelune.

.- Palais fortifié du Prince de Viana à Sangüesa : restauré au XXe siècle, il conserve le fossé, le talus, la façade postérieure avec ses deux tours crénelées et le donjon avec sa grande salle à cheminée.

.- Château de Javier : maison natale de saint François Xavier, patron de la Navarre. Château du Xe siècle construit sur le rocher. En partie démoli sur ordre du cardinal Cisneros en 1516, il se trouve aujourd'hui complètement réhabilité et il est possible de le visiter. Un pont-levis donne accès à un univers de tours, de geôles, de mâchicoulis et de meurtrières. À voir en particulier : la tour du Christ, avec sa fresque représentant la Danse macabre, et le Christ gothique.

.- Ensemble monumental d'Estella-Lizarra (Château Zalatambor, Santa María Jus del Castillo et San Pedro de la Rúa) : la place médiévale la plus fortifiée de tout le royaume avec un château inexpugnable et trois fortins annexes, deux églises fortifiées et une enceinte à tours crénelées. Depuis l'année 2000, plusieurs chantiers de fouilles ont permis de récupérer une bonne partie du plan de la forteresse.

.- Château de Monjardín, un château sur piton rocheux situé à Villamayor de Monjardín. Cette forteresse musulmane des Banu Qasi, prise par le roi Sancho Garcés en 908, présente un plan irrégulier, avec son donjon à l'angle, et de solides murs en pierre de taille assis sur la roche. L'intérieur conserve la chapelle de la Santa Cruz, où fut enterré Sancho Garcés, et une citerne voûtée de belle capacité. Ses ruines couronnant la butte offrent une impressionnante vue panoramique sur la région.

.- Ensemble monumental de Viana : dressé sur une hauteur, il doit son enceinte fortifiée à tours à la position frontalière de Viana. Il conserve une partie de ses murs, de ses tours et de ses portes d'entrée qui sont un rappel constant d'un passé historique agité en tant que place forte défensive face à la Castille.

Aux alentours de Tudela (Ribera) : Itinéraire IV


.- Enceinte fortifiée du village abandonné de Rada : elle conserve un pan de la muraille médiévale et de l'ancien donjon, ainsi que l'église romane de San Nicolás.

.- Château de Santacara : la plus haute tour de Navarre. Nous avons la chance de conserver quelques vestiges du château qui défendait la population au XIIIe siècle, puis qui fut abattu par les Castillans. De la hauteur où il se dresse, la vision du territoire environnant permet de se rendre compte de sa position stratégique.

.- Château de Marcilla : sauvé de la démolition grâce à l'intervention de la marquise Ana de Velasco. Palais gothique aux murs en brique, avec mâchicoulis, tours, fossé et pont d'accès. C'est là, selon la légende, qu'aurait été gardée l'épée Tizona du Cid Campeador.

.- Tour Monreal de Tudela : bâtiment défensif du XIIIe siècle construit sur une hauteur au sud de la ville. Il renferme la première chambre noire de Navarre.

.- Château de Cortes : château du XIIe siècle qui conserve son donjon, sa cour centrale et ses murailles. La construction médiévale fut modifiée au XIXe siècle, comme le montrent ses arcs en ogive et son intérieur néogothiques.
[+ voir fiche complète]

Remarques

Busca los tesoros guardados en los castillos de la ruta.

Horaires, dates et prix indicatifs à confirmer avec l'entité responsable.