Organisez votre voyage

Palombières d'Etxalar

Patrimoine ethnographique

Multimedia

Météo


Chaque automne, lorsque le vent souffle du Nord ou de l'Est, le ciel d'Etxalar se couvre de milliers de palombes. Il y a plus de 600 ans, un berger prit l'habitude de leur jeter des pierres, et en constatant qu'elles plongeaient vers le sol, un évêque le persuada d'installer des filets pour les attraper. C'est ainsi qu'est née cette singulière modalité de chasse, unique dans la péninsule ibérique, et pratiquée encore de nos jours. Admirée, au fil de l'histoire, par des personnages illustres tels que l'empereur Napoléon III ou les rois Alfonso XII et XIII, elle a été récemment classée Bien d'Intérêt Culturel.

Trepas (ou fuies), zatarras (chiffons blancs), palettes, pantières et fusils s'activent à chaque saison au col d'Usateguieta. Il est possible d'y suivre l'ensemble de l'opération et de percer tous les secrets des palombières grâce aux visites guidées organisées en automne ou en se rendant à Etxalar à l'occasion de la Journée des palombières.

Et comme le paysage pyrénéen, en toile de fond de cette activité, est magnifique à toute saison, ne manquez pas de faire une promenade dans le coin, le reste de l'année. Sentier balisé des palombières.

Dans ce coin des Pyrénées les palombes survolent un cirque montagneux où une dépression de la montagne leur permet de franchir la frontière entre Mendikarri, Txorilepo et Lakain, puis en passant par Gaztelepo et la « Cincuenta » par Larmendi et le col d'Usateguieta.

Les fuies, tours ou plates-formes perchées à une vingtaine de mètres du sol, sont camouflées par la végétation. Elles sont distribuées en forme d'entonnoir. Plus elles se trouvent loin des filets et plus elles sont distantes entre elles. Les chasseurs situés au début du parcours crient tout en agitant les zatarras, un bâton en bois d'un mètre de long auquel on accroche un chiffon blanc. En le faisant claquer, le son rappelle le bruit d'un tir de fusil.

À l'approche des palombes, les faux éperviers sont lancés. Ces raquettes en bois passées au blanc, comme des palettes de ping-pong, simulent l'attaque d'un faucon. Effrayées, les palombes se rassemblent et redescendent au niveau du sol.

C'est le tour des pantières. Actuellement 6 filets sont employés (Kalamua, Monu, Elutsa - le plus grand - et Miarra sont les premiers et les filets originaux ; Fortuna fut installé en 1869 et Lakaina en 1920). Fixés au sol d'un côté et soulevés comme des plans inclinés au moyen de poulies, ils fonctionnent avec un système de contrepoids. Lorsque le filetier appuie sur le levier, les filets s'abattent brusquement pour piéger les palombes.

Un deuxième coup de cornet se fait entendre. Les fusils entrent alors en action. Les postes de chasse, propriété de la municipalité, sont loués aux enchères chaque année depuis 1949. Le droit de chasse au filet, en revanche, appartient à des particuliers, et plus précisément à la famille Gaztelu. Cette situation a conduit à de nombreux litiges comme celui du curé qui, ignorant toutes les règles, installa son propre filet. Les tribunaux durent intervenir pour le lui faire enlever.
[+ voir fiche complète]

Emplacement

Visite guidée

Description: en verano y en otoño. Duración: 45 minutos. Precio adulto: 4€.

Horaires, dates et prix indicatifs à confirmer avec l'entité responsable.