Voici Navarra

En termes géographiques, la Navarre est la plus variée des provinces espagnoles. En effet, ses trois zones bio-géographiques, fort différentes, ont façonné des paysages très contrastés : les forêts et les sommets pyrénéens, au nord, s’adoucissent au centre avant de se transformer en un paysage naturel semi-désertique au sud. Une transition perceptible sur à peine 100 kilomètres.
Carnavales de Lantz

Bénéficiant par ailleurs d’une situation privilégiée, entre l’Europe continentale et la péninsule ibérique, elle a toujours été lieu de passage et croisée de grands chemins. Le Chemin de Compostelle est sans conteste le plus important. Encouragé par les rois de Navarre, il a favorisé les échanges culturels au sein de l’Europe et notamment la diffusion de l’art roman.

Cette diversité de climats, de cultures et de paysages a marqué de son empreinte les maisons, villages, caractères, coutumes, fêtes et une cuisine variée, à la personnalité affirmée. Découvrons-les en détail :

LE CARACTÈRE DE NOS GENS 

Les vallées encaissées du nord ont forgé le caractère noble et aimable des habitants des fermes, qui aiment à se recueillir, discuter et écouter des légendes autour de la cheminée.
Plus au sud, les montagnes cèdent la place à de vastes plaines dorées par un abondant soleil qui invite à sortir de chez soi et qui a façonné le caractère extroverti et ouvert de la population.

LA LANGUE

La Navarre possède deux langues propres, l’espagnol ou castillan et le basque ou euskara, seule langue non indo-européenne de la péninsule ibérique. La première est la langue officielle sur l’ensemble du territoire ; le basque est également la langue officielle des zones bascophones qui occupent essentiellement le nord de la région.

Traslado de la Dolorosa. Semana Santa en Pamplona

FÊTES ET TRADITIONS

Les Navarrais partagent une même passion pour les fêtes, un même attachement aux traditions et une conviction : toute célébration digne de ce nom est indissociable d'une bonne table bien arrosée.
Lors des fêtes traditionnelles, les Navarrais montrent leur façon d’être et ce caractère dans lequel religiosité populaire et présence du surnaturel sont profondément enracinées :
Les premiers jours de l’année, le Carnaval règne en maître. Ituren et  ZubietaLantz ou Altsasu-Alsasua le fêtent depuis la nuit des temps. La foire au bétail de Tafalla attire également la foule. Peu après, à l’occasion de la très populaire Javierada, les Navarrais se rendent en procession au château où naquit saint François-Xavier, leur saint le plus international.

Quelques jours avant Pâques, durant la Semaine Sainte, d’intéressantes processions, telles que le Saint Enterrement à Pampelune ou la procession baroque de Corella, se déroulent en Navarre. Très originales et classées pour leur intérêt touristique, les cérémonies du Volatin ou la Descente de l’Ange à Tudela méritent également le détour. Le dimanche de Pâques, les Bolantes de Luzaide-Valcarlos mettent la cerise sur le gâteau en exécutant des danses hautes en couleur.

À l’arrivée du printemps, les processions vers les chapelles situées au fin fond de nos villages et montagnes, comme celles d’Orreaga/Roncevaux ou Ujué, se succèdent ; à cette saison, pour protéger les cultures, l’arbre de mai traditionnel est dressé, comme par exemple à Barillas.

Après le rituel de purification par le feu de la nuit de la Saint-Jean, une explosion de fêtes patronales éclate aux quatre coins de la Navarre : le txistu qui accompagne la danse résonne dans le nord, alors que dans le sud taureaux, encierros et courses de vaches attirent les foules, comme à Falces ou à Lodosa. Mais les Sanfermines sont, sans conteste, nos fêtes par excellence. Mondialement connues, elles se tiennent à Pampelune du 6 au 14 juillet. 
Fiesta de Orhipean. Ochagavía

C’est également en été que les principales fêtes de fraternisation ont lieu. Le Tribut des Trois Vaches de Roncal est la cérémonie la plus ancienne de ce type existant en Europe.
Bien qu’elles ne datent pas de si longtemps, de nouvelles fêtes mettant en valeur notre culture, nos traditions et les métiers d’autrefois ont trouvé leur place dans les agendas :
À la Noël, le drame religieux du Mystère des Rois Mages est mis en scène à Sangüesa le 6 janvier, avec la participation de la population locale ; et l'arrivée de l’Olentzero, chargé de cadeaux, ravira par ailleurs petits et grands.
Fin avril ou début mai, les flotteurs de bois sillonnent à nouveau les eaux pyrénéennes de l’Esca. Les Pyrénées — atlantiques cette fois —, accueillent une fête populaire et animée, le Baztandarren Biltzarra, au cours desquelles les habitants de différents villages du Baztan défilent sur des chars bigarrés.
Maîtriser un métier est une forme d’art. Pour le constater, admirez le trio berger, chien et moutons à l’occasion de l’Artzai Eguna, un concours disputé de chiens bergers qui se tient à la fin du mois d’août. À la même date, le village pyrénéen d’Ochagavia vous invite à un voyage de cent ans dans le passé, le temps d’une journée, celle de l’Orhipean.

Les marchés médiévaux inaugurés par Olite et organisés désormais dans différents villages de Navarre, offrent également l’occasion de remonter le temps, cette fois-ci vers le Moyen-âge.
Les brebis sont également à l’honneur à la Sanmiguelada. En effet, à l’arrivée de l’automne, des troupeaux de milliers de brebis empruntent les drailles royales qui, au départ des Pyrénées, conduisent jusqu'aux Bardenas.

Outre des fêtes et traditions bien enracinées, le visiteur trouve en Navarre une offre culturelle, artistique et gastronomique des plus intéressantes. Comment ne pas citer la semaine du Pincho de Navarre, les Journées des légumes de Tudela, le festival de Théâtre classique d’Olite, la Semaine de Musique Ancienne d’Estella ou Kultur, un programme estival de spectacles musicaux dans les principaux sites naturels et monumentaux de Navarre.
En tête de l’affiche culturelle, se trouve le riche programme de l’Auditorium Baluarte et Barañain, du Théâtre Gayarre de Pampelune ainsi que du Théâtre Gaztambide de Tudela.


Concurso de jotas en Cadreita

MUSIQUE ET DANSE


Dans le nord résonnent les chansons mélancoliques et les mélodies simples sur lesquelles les bertsolaris basques improvisent des vers qui font rire ou émeuvent les spectateurs. L’accordéon, le txistu ou la txirula animent traditionnellement les fêtes. Parmi les danses populaires, le zortziko ou la mutildanza ont la vedette.

Le Sud est le pays des rondallas (ensembles à cordes) et de la jota, une explosion vocale pleine d’énergie aux paroles simples, inspirées de la vie quotidienne, des travaux agricoles ou d’anecdotes personnelles. Ici règnent la bombarde et la guitare, mais aussi des danses comme la jota et les pasacalles.


MAISONS ET VILLAGES / ARCHITECTURE ET URBANISME

La maison, c’est bien plus que quatre murs ou des terres ; nulle part ailleurs l’identification de la famille, du nom et de la demeure n’est aussi prononcée.

Le climat humide et froid du nord de la Navarre a favorisé l’émergence de petits villages autour d’un centre, auxquels s'agrègent normalement quelques fermes (baserriak en basque) éparpillées dans les alentours.

Il s’agit généralement de vastes demeures en pierre, à deux ou trois niveaux, percées d’une entrée en arcade et qui arborent souvent le blason familial. Au rez-de-chaussée, nous avons l'étable qui diffuse sa chaleur aux premier et au deuxième étages, où vivent plusieurs générations de la même famille. Sous la toiture, le grenier. Dans les Pyrénées orientales, où le climat est froid et les chutes de neige fréquentes, les maisons sont protégées par un toit en ardoise à deux pans. Dans les Pyrénées Atlantiques, au climat plus doux, par un toit de tuiles rouges à quatre pans.

Dans la zone de transition les demeures, notamment celles des familles importantes, sont bâties en pierre au rez-de-chaussée, et en pierre ou brique aux étages supérieurs. Elles sont souvent couronnées de beaux auvents en bois.

Dans le Sud, plus sec, les villages sont plus grands et les maisons en pisé et en brique se pressent les unes contre les autres. Souvent blanchies à la chaux, elles sont couvertes de toits à un ou deux, voire à quatre pans pour les plus imposantes. Ouvertes, elles sont agrémentées de nombreux balcons et galeries.

Les maisons-grottes de Valtierra ou Lodosa sont un cas particulier. Creusées dans la roche, aux endroits où celle-ci est imperméable et pas trop dure, un grand nombre d’entre elles sont aujourd’hui aménagées en gîte touristique.

Partido de pelota mano

SPORT

Voici les sports à proprement parler navarrais:

La pelote basque: inventé par les Grecs, pratiqué par prêtres et rois, ce jeu a pris racine et s’est consolidé dans notre région. Il était pratiqué dans des prés, sur les places, voire sous les arcades des places. Berceau aujourd'hui de célèbres pelotaris, la Navarre compte d’innombrables frontons distribués sur tout son territoire, agrément indispensable de ses villes et villages. C’est au fronton que les amis se donnent rendez-vous et que les professionnels s’affrontent au cours de parties de pala, de chistera, de remonte ou alors à main nue, la spécialité reine. (+info)

La force basque ou herri kirolak: tous ces sports sont inspirés des activités quotidiennes à la ferme. Transformées en activités sportives, elles exigent une grande force physique et attirent souvent les amateurs de paris. Les épreuves d’aizkolaris (bûcherons) et d’harrijasotzailes (leveurs de pierre) sont parmi les plus populaires.