Pirineos de Navarra

PAYSAGES, FLORE ET FAUNE

Les Pyrénées navarraises, d’une remarquable diversité naturelle, offrent au visiteur des paysages surprenants de beauté. Cette chaîne de montagnes s'incline en douceur d’Est en Ouest, des imposants escarpements du massif de Larra aux rondeurs couvertes de prairies verdoyantes des Pyrénées atlantiques, en passant par les vastes massifs de hêtres de la Forêt d’Irati ou la profonde Gorge d’Arbaiun. À l’extrémité occidentale, les paysages karstiques de la sierra d’Aralar et du parc naturel d’Urbasa-Andia constituent la limite naturelle de cette chaîne montagneuse.

Cette diversité de paysages explique la variété de la flore et de la faune qu'elles offrent, notamment due aux différences d'altitude. Les reliefs très abrupts permettent la cohabitation d’écosystèmes très différents.

En fonction de l'altitude, 3 grandes zones apparaissent.

Lowlands and Middle mountain

Roble milenario en Jaunsarats

1.- La couche basale : il s’agit de la zone la plus basse, située aux deux extrémités des Pyrénées. Le sud de la partie orientale, méditerranéen, est peuplé de chênes verts, de chênes kermès, de pâturages secs et autres garrigues. L’extrémité occidentale, atlantique, est dominée par le  chêne commun et les bois mixtes de feuillus.

2.- La moyenne montagne : située à une altitude comprise entre les 500 mètres et les 1700 mètres, elle présente deux étages : un étage inférieur ou sous-montagnard, de type sous-méditerranéen, peuplé de chênes pédonculés, chênes rouvres, buis et œillets bleus de Montpellier ; et un étage supérieur ou alpin, riche en forêts de hêtres, sapins et pins sylvestres.

Dans les deux cas, les forêts sont peuplées d'une faune abondante et variée:

Parmi les oiseaux, citons les merles, grives, mésanges charbonnières et mésanges bleues, rougegorges, accenteurs mouchets, pinsons ou le bruyant geai des chênes, mais également les rapaces nocturnes comme le hibou moyen-duc et le chat-huant, ou diurnes comme la buse, l’aigle botté et le milan royal.

On y trouve également de nombreux sangliers, cerfs, chevreuils, renards, écureuils, martres, genettes, lapins et lièvres, entre autres mammifères. Et sous les arbres, un hôte magnifique, le chat sauvage. Apercevoir le plus grand de tous les mammifères, l’ours brun, est très rare.

Les forêts accueillent de nombreuses espèces de rongeurs comme le desman des Pyrénées ou les voyants loir gris et lérot ainsi que la loutre, parfaitement adaptée au milieu aquatique. Près des rivières et des torrents, le visiteur remarquera le timide martin pêcheur et le merle aquatique.

Grenouilles rousses et grenouilles des Pyrénées fréquentent les eaux froides des lacs de montagne et des ruisseaux, où elles cohabitent avec un autre habitant endémique des Pyrénées, le triton pyrénéen. La truite commune est présente dans la plupart des rivières locales, alors que la truite arc-en-ciel est uniquement visible dans les eaux de haute montagne.

Parmi les reptiles les plus représentatifs, citons la vipère aspic, la plus dangereuse des vipères européennes. La grande diversité de climats et de végétation favorise l’existence d’une extraordinaire variété de papillons.

Remonter

La haute montagne

Mesa de los Tres Reyes 3.- La Haute montagne : située à l’extrémité nord-est des Pyrénées de Navarre, elle est couronnée par la Table des Trois Rois qui, du haut de ses 2444 mètres, constitue le plus haut sommet de la Navarre.

La Haute Montagne est couverte de forêts de conifères riches en mousses et lichens. Le pin noir domine dans la partie inférieure. Elle est habitée par des espèces comme l’isard, le mammifère le plus caractéristique des Pyrénées, ou la marmotte alpine, le plus gros rongeur de la faune ibérique, récemment introduit.

Mais aussi par un grand nombre de micro-mammifères, dont le campagnol des neiges, la musaraigne alpine et la musaraigne pygmée. Parmi les oiseaux caractéristiques, signalons le chocard à bec jaune et le crave à bec rouge, le lagopède alpin, le pinson des neiges, l’accenteur alpin et le tichodrome échelette. Le gypaète barbu, qui niche dans les parois verticales des Pyrénées et dont la silhouette évoque celle d’un faucon géant, reste le plus impressionnant.

En ce qui concerne les rapaces, notons que les Pyrénées sont le dernier refuge de certaines espèces. À proximité des falaises, il est possible de remarquer le faucon pèlerin, le vol majestueux de l’aigle, mais également le percnoptère d'Égypte, un charognard qui revient d’Afrique chaque printemps. Pour les vautours fauves, la colonie qui survole les gorges de Lumbier et d’Arbaiun est la plus importante.

Remonter