Chemin de Compostelle

Conseils pratiques

Conseils pratiques

Si vous envisagez de faire le Chemin de Saint-Jacques, il vaut mieux, pour éviter tout aléas, vous préparer dûment. Les conseils élémentaires qui suivent vous aideront dans votre pèlerinage.

Planification

Il est conseillé de préparer un plan d’étapes. Normalement, le marcheur parcourt entre 25 et 30 km chaque jour. Au début, il vaut mieux prévoir des étapes courtes pour que le corps s’habitue peu à peu, sans oublier un jour de repos, par exemple dans un lieu intéressant à visiter. Il convient d’avertir nos proches de nos plans et de nos dates pour être localisable en cas de besoin.

Signalisation  

Le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle est un itinéraire bien signalisé, pour que le pèlerin ait juste à suivre la flèche jaune, à se laisser porter et à profiter d'un trajet riche en découverte.
La signalisation est variée mais ne laisse pas de place au doute quant à l'itinéraire à suivre : des flèches jaunes, des panneaux d'information, des signaux métalliques, des plaques en céramique, des flèches en méthacrylate, etc. nous indique la bonne direction à suivre. Vous pouvez également trouver une autre signalisation « non officielle » telle que des petits tas de pierres et des croix laissés par les pèlerins à leur passage.

Où commencer

On se demande habituellement où il convient de commencer le chemin français. Rappelons à cet égard que l’étape reliant St-Jean Pied de Port à Orreaga/Roncevaux est la plus dure de toutes, du fait du dénivelé de plus de mille mètres qu'elle présente. Pour les personnes les mieux préparées, cela vaut la peine de traverser les Pyrénées et de commencer l'aventure depuis la belle petite ville du Pays Basque français. Pour les autres, il est recommandé de commencer en douceur et de rallier le chemin à Orreaga/Roncevaux.

La meilleure époque

L’été est une garantie de beau temps mais c’est aussi la période la plus fréquentée, ce qui peut donner lieu à des problèmes d’hébergement. En hiver, d’octobre à mars, il risque de pleuvoir et même de neiger. Septembre et mai sont les meilleurs mois, car les températures sont agréables et les pèlerins moins nombreux. Si vous venez d’un climat plus rude, n’oubliez pas qu'une adaptation progressive au soleil est importante.

Alimentation et hydratation

Il est recommandé de manger des aliments riches en hydrates de carbone : pain, céréales, confitures, charcuteries, pâtes, riz, pommes de terre, biscuits, barres énergétiques, fruits et fruits secs. Il est conseillé de fractionner la prise d’aliments journalière en plusieurs petits repas moins copieux que d'ordinaire. Si l’on marche le matin, le petit déjeuner doit être copieux. Si, en revanche, on préfère l'après-midi, il convient de faire un repas léger deux heures environ avant le départ. Pendant le trajet, fruits frais et fruits secs procureront l'énergie nécessaire pour couvrir l’étape.

De plus, il est impératif de boire beaucoup pour éviter la déshydratation, et de préférence pas de boissons trop froides. Il ne faut pas attendre d’avoir soif pour boire. En effet, on ressent la soif alors que le corps a déjà commencé à se déshydrater. En cas de fortes chaleurs, il est conseillé d’ajouter du sel à l’eau de boisson, voire une demi-cuiller à café de bicarbonate. Attention aux sources, ruisseaux et torrents sur le chemin. Il faut s’assurer que l’eau est potable avant de la boire.

Vêtements et chaussures

Portez des vêtements légers, respirants, larges, isolants et faciles à laver et à sécher. N’emportez que l’indispensable (trois tee-shirts, deux pantalons et trois changes de sous-vêtements et chaussettes). N’oubliez pas le chapeau ou la casquette, les lunettes de soleil et un imperméable ou une cape.

Les chaussures doivent être légères, larges, à semelles amortissantes, confortables, respirantes. Elles doivent protéger les chevilles des foulures et permettre de marcher en terrain irrégulier. Si les chaussures sont neuves, il est conseillé d’effectuer deux ou trois randonnées de 10 à 15 km avant de se lancer sur le chemin. Utilisez des chaussettes en coton, renforcées et respirantes pour éviter ampoules et frottements. À l’arrivée, mettez des sandales ou des chaussures de sport confortables. Si les chaussures sont mouillées à l’intérieur, il est facile de les sécher en les bourrant avec des feuilles de journal. Répétez l’opération trois fois : le papier absorbe l’humidité et vous trouverez vos chaussures de marche prêtes pour l’étape du lendemain.

Remonter

Sac à dos

Le sac-à-dos doit être adapté au poids et à la taille du pèlerin et, en outre, être léger, anatomique et muni de fixations de ceinture et de poitrine. Une fois rempli, le sac ne doit jamais dépasser 10% du poids du porteur et, en tout état de cause, la limite de 9 kilos. Un bon truc pour bien ranger le linge, empêcher qu’il ne se mouille et éviter les odeurs : doubler l’intérieur du sac avec une poche poubelle et ranger tout dans de petits sacs plastique.. Les objets les plus lourds et volumineux doivent être placés verticalement et près du dos. Un poids mal réparti peut provoquer des douleurs de dos et des pieds. Les guides, appareils photo et autres objets fréquemment utilisés doivent se trouver à portée de main pour ne pas avoir à vider le sac-à-dos en cas de besoin.

Trousse à pharmacie

Il est très important d’emporter quelques médicaments d’usage courant (pour les rhumes, maux de tête ou d’estomac, piqûres, ampoules…). Une paire de ciseaux, une aiguille et du fil pour les ampoules, une crème solaire à indice de protection élevé, une crème pour les douleurs musculaires, de l'ibuprofène, des pansements et une crème relaxante pour les pieds.

Objets utiles

Savon à linge, ouvre-boîte, cuillère et couteau, lampe de poche, épingles de sûreté, pince à linge, bouchons pour les oreilles, papier hygiénique, serviette et protection d’épaule pour le sac à dos. Emporter casserole et poêle est une erreur, mais n’oubliez pas un duvet et un tapis de sol pour certains refuges. Pour ceux qui voyagent en vélo, un cadenas, un casque et une tenue ajustée sont indispensables. Les bâtons de marche permettent de répartir le poids et de protéger chevilles et genoux.

Ne pas prendre de risques

Utilisez une crème à indice de protection solaire élevée pour vous protéger du soleil. Partez tôt pour éviter les fortes chaleurs. En cas d’épuisement à cause des hautes températures, cherchez un endroit à l’ombre pour vous reposer et buvez ; un litre d’eau avec une petite cuillerée de sel et une demi cuillerée de bicarbonate vous aidera à retrouver vos forces.Si vous marchez sur la route, faites-le toujours du côté gauche, face à la circulation. Évitez de marcher de nuit, mais si vous le faites, portez des éléments réfléchissants.

Adopter une position de marche correcte permet de prévenir certaines douleurs musculaires. Tête et dos droits, ventre plat, les bras se balançant librement... bonne route aux pèlerins !

Prendre soin du Chemin

Il est de la responsabilité de tous de maintenir le chemin propre en utilisant les conteneurs et les toilettes se trouvant le long du chemin ou dans les communes jacquaires. Ne jamais abandonner de vêtements ni de chaussures sur le trajet.

Remonter