Qu´ est-ce que vous voulez?

Sanche le Grand, auteur du Chemin Français

Sanche III Garcés, surnommé le Grand, fut roi de Pampelune de 1004 jusqu’à sa mort en 1035. Considéré le roi navarrais le plus important, durant la plus grande partie de son règne, il fut le souverain ayant le plus de pouvoir sur la Péninsule. On lui attribue l’européanisation du territoire espagnol, la frappe de la monnaie et le développement du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Lorsqu’il arriva au trône, le Chemin passait par Roncevaux, Pampelune, Irurtzun, Uharte Arakil, Salvatierra, Miranda de Ebro et Burgos ; cependant, afin de contrôler ses domaines, il modifia le tracé en le faisant dévier vers le sud et, en profitant d’anciennes voies d’origine romaine, il le fit passer par Puente la Reina, Estella, Logroño, Nájera, Santo Domingo de la Calzada et Burgos. Cet itinéraire était plus court et ouvert, il évitait les passages étroits et les gorges, et facilitait le transit des commerçants et le déplacement de ses armées.

À cet égard, l’Historia Silense (XIIème siècle) met en évidence son travail décisif en faveur de la consolidation du Chemin Français : « Depuis les sommets des Pyrénées jusqu’à la ville de Nájera, il fit courir sans obstacles le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, lorsqu’avant, par crainte des barbares, les pèlerins passaient par l’Alava retranchée. »

Le Chemin Français commence à devenir la grande voie transversale de communication des royaumes chrétiens du nord de l'Espagne. Dans cette tâche, il a pu compter sur le soutien de son épouse, Mayor qui, selon les hypothèses envisagées, aurait ordonné la construction du pont le plus célèbre du chemin, le pont roman de Puente la Reina, qui facilitait le passage des pèlerins au-dessus de la rivière.

Sanche le Grand a non seulement amélioré le tracé et la protection de la route, mais il a également pris des mesures pour développer l'hospitalité avec les pèlerins et annulé certaines exigences fiscales auxquelles ils étaient soumis. Il fonda le monastère de San Juan de la Peña (Jaca), lié au Chemin Aragonais, et en rapport avec ce fait, il favorisa l’entrée de l’ordre de Cluny en Espagne, crucial au développement du Chemin.

Ce fut, en définitive, le monarque le plus important jusqu'à la moitié du XIème siècle en ce qui concerne le développement du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, puisqu'il initia un processus, qui prendrait fin avec deux rois dans la seconde moitié du siècle, répondant aussi bien à sa puissante valeur spirituelle face à l'islam qu'à ses inégalables bénéfices socio-économiques. Nous voulons parler de son petit-fils Alfonso VI, en Castille-et-Léon, et de Sanche I Ramírez, en Aragon et en Navarre. Ces monarques établiront le tracé de l'itinéraire français, facilitant sa conversion en une grande voie européenne médiévale, tel que cela serait décrit vers 1130 dans le très célèbre guide du pèlerin du Codex Calixtinus.